Il y a une phrase que j’aime répéter et qui, je pense, résume l’esprit de ce blog. « Personne ne naît voyageur et encore moins responsable ». Comme tout dans la vie, on apprend à voyager.

En voyageant et en travaillant, j’ai beaucoup appris. Mais mes grandes leçons de voyage ont été le produit de mes erreurs. Surtout ceux qui ont fait du bruit dans ma conscience.

J’énumère ici les erreurs des touristes qui ne me rendent pas fier, mais que j’apprécie. J’espère qu’ils serviront d’exemple de ce que tu ne dois PAS faire, si tu veux dormir tranquille.

 

 

1. Voyage ou marathon

 

C’est peut-être l’erreur la plus courante que nous faisons quand nous sommes jeunes et que nous commençons à voyager. Nous avons beaucoup d’énergie et nous voulons manger le monde. C’est aussi très normal lorsque nous nous rendons dans un endroit éloigné. Nous pensons qu’il faut profiter de notre temps, car nous n’y retournerons pas. Mais qu’est-ce qui permet de tirer le meilleur parti du temps : rayer des pays d’une liste ou profiter de l’expérience ?

En 2012, j’ai fait un voyage en Asie avec mon mari. Nous avions un mois à notre disposition. Nous avons commencé à planifier l’itinéraire et tout d’un coup, nous avions 5 pays sur la liste.

Nous avons pris 11 vols, 3 bateaux, 2 trains, changé 5 fois de monnaie, visité 14 villes et fait 2 circuits de randonnée. Aujourd’hui, je peux dire que sur ces 5 pays, je n’en connais que 3. Je pense toujours que je dois y retourner parce que j’ai raté quelque chose.

De cette expérience, j’ai appris à voyager lentement. Pour vivre chaque lieu. Maintenant, je privilégie l’expérience avant le nombre de destinations visitées.

 

 

2. Sous-estimer la santé

 

En 2009, j’étais au Guatemala. Après avoir passé quelques jours dans la jungle, je suis arrivé à Antigua. Après une excursion au volcan Pacaya, j’ai commencé à me sentir mal. Conclusion : je me suis retrouvé dans un hôpital très précaire et surpeuplé avec un diagnostic de dengue.

Qu’est-ce qui ne va pas dans cette histoire ? Mon assurance voyage avait expiré. J’ai dû payer pour tous les charges médicales et les médicaments.

À l’époque, j’avais la possibilité financière de poursuivre le traitement dans un cabinet privé. Mais cela a été possible parce que je me trouvais dans un pays où les coûts étaient abordables. Mais que se passerait si cela m’arrivait dans un endroit éloigné de tout, si j’avais besoin d’un transfert d’urgence ou si je devais être rapatrié parce que mon état s’aggravait ? Que me serait-il arrivé si cela m’était arrivé aux États-Unis ou en Europe où les frais médicaux sont très élevés ?

La santé est notre responsabilité et il est essentiel de voyager avec une assurance voyage. Maintenant, j’ai une assurance annuelle et je voyage en toute tranquillité.

 

>> Cliquez ici pour souscrire une assurance voyage avec une excellente couverture et profiter d’une réduction de 7%. 

 

 

3. Prendre une photo là où TOUT LE MONDE veut prendre une photo

 

En 2012, je me suis rendu au Cambodge uniquement et exclusivement pour visiter les temples d’Angkor. Mon guide de voyage suggéré de me rendre sur le bord du lac à l’entrée d’Angkor Wat à 5 heures du matin pour voir et photographier le temple et son reflet, baigné par le lever du soleil. Et voilà que je suis parti avec ma caméra et un trépied à la main.

Quand je suis arrivé, j’ai eu une grande surprise. Il y avait des centaines de touristes qui avaient lu le même guide ou qui avaient eu la même merveilleuse idée. Faire la place pour mettre mon trépied a été un défi.

Le soleil commence à se lever et tout ce que vous pouvez entendre est le son des caméras qui tournent. Au milieu de tout cela, des dizaines de touristes essaient de faire un selfie, en croisant leurs bâtons de selfie à travers les objectifs des “photographes”. Lorsque le soleil s’est levé, l’atmosphère a commencé à être tendue.

Fatigué de pousser et de bousculer, j’ai décidé de me retirer du tumulte et de prendre des photos des fleurs de lotus qui inondent le lac. En 5 minutes, j’étais entouré de méga-caméras qui voulaient prendre une photo de LA MÊME fleur que moi. Sans aucun respect, et de manière agressive, j’ai été expulsé de la scène.

Conclusion : des 3 jours que ma visite aux temples d’Angkor a duré, ce fut le pire moment. Ce que j’ai le plus apprécié, c’est quand je me suis aventuré à découvrir les temples que personne n’a visités. Et bien sûr, mes meilleures photos d’Angkor n’ont pas été prises à l’aube.

 

 

4. Un marchandage excessif

 

En Argentine, le marchandage n’est pas une habitude, je l’ai donc découvert en voyageant. Au début, j’ai trouvé fascinant de négocier et d’essayer d’obtenir le meilleur accord. J’ai eu des expériences très amusantes avec le marchandage. Surtout en Inde, où ils sont les véritables maîtres. Mais il m’est aussi arrivé de ressentir un bruit dans ma conscience lorsque je pensais que j’étais allé trop loin.

Un marchandage excessif

L’art du marchandage ne consiste pas seulement à essayer d’acheter quelque chose au prix le plus bas possible. Il s’agit de reconnaître ceux qui savent et veulent jouer le jeu et ceux qui le font par nécessité. Le défi consiste à reconnaître la limite, à rendre la négociation équitable pour les deux parties, sans humilier ou abuser le vendeur et sa situation. Tout un défi !

 

 

5. Manger dans des restaurants touristiques

 

Oui ! J’avoue avoir commandé une pizza au Myanmar. Et croyez-le ou non, ce n’est pas le meilleur que j’ai jamais eu.

Si tu veux vivre des expériences agréables à l’heure de manger, toujours, mais toujours, choisisse la nourriture locale. Et si possible, évite les restaurants touristiques.

Manger dans des restaurants touristiques

Le meilleur que chaque pays puisse offrir ils sont de produits locaux. Le meilleur restaurant est toujours celui qui est bondé de locaux et qui propose un menu limité. Jette ton guide et demande aux locaux où manger. Immerge-toi dans les saveurs et essaye de nouvelles choses. Ose aussi voyager avec ton palais.

 

 

6. Tourisme avec d’animaux

 

Maintenant, nous allons au Népal. Mon merveilleux guide a souligné comme une expérience à ne pas manquer d’aller au parc national de Chitwan. Là, il proposait comme activités un safari et la baignade des éléphants dans la rivière. En tant qu’amoureuse d’animaux, j’y suis allé.

Tout semblait prometteur. Je pouvais déjà imaginer découvrir la forêt sur le dos d’un sympathique éléphant, qui était sûrement heureux de m’y emmener. Et surtout, j’aurais la chance de le baigner ! Nous jouions dans la rivière ensemble et nous nous amusions comme dans un film de Disney.

Ce que le guide n’a pas marqué, c’est que, pendant le safari, le maitre de l’animal lui battait constamment avec un fer pour le faire avancer. Et que pendant le “bain”, il le maltraitait avec le même fer, il lui criait dessus et lui tirait les oreilles pour qu’il jette de l’eau sur moi. C’est sans doute la pire expérience que j’ai eu au cours de ce voyage.

Le tourisme avec les animaux est très délicat. Il y a très peu de projets qui respectent et protègent vraiment les animaux. C’est pourquoi tu dois être bien informé. Et si tu vas faire une activité qui te fait douter, ne la fait pas. Une de meilleures expériences est sans doute la contemplation des animaux en liberté, sans aucune forme d’interaction.

 

 

7. Volontariat sans information

 

En 2009, j’étais au Mexique. La ville dont je suis tombée amoureuse était San Cristobal de las Casas. J’y ai beaucoup appris sur la cause zapatiste et je savais qu’ils ont besoin de volontaires pour travailler comme observateurs afin de garantir les droits de l’homme dans les zones de conflit.

Volontariat sans information

Sans aucune information, je me suis aventuré dans un des villages et je me suis porté volontaire. Après quelques jours de va-et-vient, j’ai décidé d’abandonner. Même s’ils étaient super gentils avec moi, j’avais l’impression de les déranger. Mais ce que je ne savais pas, c’est que cette ville en particulier n’avait pas besoin de moi, mais d’autres en avaient besoin.

Les volontaires doivent être pris en charge avec responsabilité et engagement. Tu dois être informé et aller là où ils ont vraiment besoin de toi.

 

 

J’espère que tu peux aussi apprendre quelque chose de mes erreurs. Et si tu veux partager avec moi tes erreurs de voyage. Je te lis dans les commentaires…